Chariot élévateur

Prise de poste d’un chariot élévateur

La prise de poste sur un chariot élévateur est la première obligation du Cariste

Le premier acte de prévention des risques réalisé par un Cariste (chauffeur de chariot élévateur) est la check-list des points essentiels de sécurité dans le fonctionnement du chariot élévateur. Il s’agit de s’assurer que tous les organes de sécurité fonctionnent correctement afin de se prémunir de tout accident. Cette phase est appelée « PRISE DE POSTE SUR UN CHARIOT ELEVATEUR ».

Lors de la formation pour le CACES® (Certificat d’Aptitude à la Conduite en Sécurité), le Formateur débute sa formation pratique par cette étape cruciale. Le Chariot élévateur est à l’arrêt sur sa zone de parking et le Formateur explique à chaque Apprenant la « Prise de Poste » qu’ils devront tous réaliser lors de la formation et sur laquelle ils seront évalués le jour du CACES®.

La prise de poste sur un chariot élévateur est partie intégrante de la recommandation CARSAT

Cette Prise de poste est une étape réglementaire intégrée totalement à la recommandation CARSAT R 489 régissant les CACES® liés à la conduite de chariot élévateur. L’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) complète cette recommandation avec le manuel de conduite ED766 dans lequel une liste des contrôles à réaliser lors de la prise de poste est détaillée.
Ces deux documents officiels sont les référentiels de la formation et du test CACES®.

Chaque mot est important. Une Prise de poste doit être réalisée par chaque cariste au moment de sa prise de poste avec ce chariot élévateur. Si le chariot élévateur est utilisé dans un rythme de 3X8, il sera vérifié à chaque début de poste.

Deux autres vérifications, plus poussées encore, sont réalisées par du personnel compétent et désigné par le Chef d’Etablissement. L’une est hebdomadaire et l’autre tous les six mois (VGP : Vérification Générale Périodique).

Les points cruciaux de vérification pendant la prise de poste sur un chariot élévateur :

Mais alors, quels sont ces points à vérifier si cruciaux pour la sécurité du cariste mais aussi de toutes personnes travaillant dans l’aire d’évolution du chariot élévateur ?

Au minimum 20 points de contrôles sont dans la check-list de la prise de poste du chariot élévateur. D’autres sont souvent rajoutés par l’entreprise.

Comme tout engin, chaque chariot élévateur possède sa notice d’instructions rédigée par le Constructeur, son carnet de bord et l’on doit y trouver une copie du dernier rapport de vérification périodique. Ces trois documents ne sont pas anodins.

Le premier explique les bonnes pratiques de conduite du chariot élévateur qui peuvent varier selon les modèles, le type d’énergie  (gasoil, gaz, électrique etc…), la capacité de levage….

Le carnet de bord retrace la vie du chariot, la maintenance réalisée et toutes les remarques déposées par le Cariste.

Le rapport de vérification périodique lui fait état des anomalies et restrictions d’utilisation. Il doit donc impérativement être consulté avant l’utilisation du chariot élévateur.

Ces documents de bord vérifié, le cariste peut débuter sa prise de poste. La méthode est importante afin de ne rien oublier dans la liste des points à vérifier.

Les points de contrôle pour une prise de poste réussie sur un chariot élévateur :

Celle-ci débute par une vérification visuelle extérieure. Chaque élément du chariot est inspecté.

  • L’état des vitres, rétroviseurs
  • Les feux de signalisation
  • Le bon état des bandages ou des pneumatiques et de la pression de gonflage de ces derniers (si gonflés à l’air). Des pneus ou bandages dégradés limitent l’adhésion sur le sol et peuvent également créer des secousses mettant en péril la stabilité de la charge sur les fourches et augmentant les distances de freinage.
  • L’absence de tache d’huile sous le chariot. Un manque d’huile dans le circuit hydraulique nuit au bon fonctionnement du levage, de la direction etc…
  • Le parallélisme des bras de fourche et de leur verrouillage sur le tablier porte-charge. Une fois en charge, ce n’est pas le moment que les fourches se désolidarisent du tablier.
  • Le flexible d’alimentation de gaz pour les chariots fonctionnant au gaz.
  • La fixation de la bouteille de gaz pour les chariots fonctionnant au gaz.
  • L’absence de fuite sur les vérins d’élévation, d’inclinaison, de servo-direction, lorsqu’ils sont visibles

Ensuite, on peut ouvrir le capot et vérifier :

  • Le niveau d’huile du circuit de freinage. Un niveau insuffisant dégrade le freinage.
  • Le niveau de carburant sur les chariots thermiques
  • La charge de la batterie et du niveau de l’électrolyte pour les chariots électriques.

A bord, un élément essentiel de la prévention des risques est la vérification de la plaque de charge qui indique les capacités de levage du chariot élévateur. Le cariste vérifie alors que son chariot élévateur est en adéquation avec l’utilisation envisagée.

Il vérifie également :

  • Le réglage du siège en ajustant l’avant-arrière, la hauteur, le dossier et le poids lorsqu’il s’agit d’un siège suspendu, afin de régler correctement la suspension pour absorber les vibrations verticales. On prévient ainsi de futures TMS (Trouble Musculo Squelettique).
  • Le bon fonctionnement de la suspension du siège, détectable par l’absence de jeux latéraux, de bruit de ferraille, du retour par à-coups du siège comprimé, de manettes cassées…
  • La ceinture de sécurité. (La majorité des décès sont dus à l’éjection du cariste en dehors de la cabine et écrasé par leur propre chariot élévateur lorsqu’il se renverse.

Puis on réalise les essais de fonctionnement :

  • Le fonctionnement correct de l’ensemble élévateur, du système d’inclinaison et des équipements porte-charge.
  • Le bon fonctionnement des avertisseurs sonore et lumineux.
  • L’efficacité du frein d’immobilisation et du frein de service.

Les observations et anomalies doivent être notées sur le carnet d’entretien qui doit être à disposition au poste de conduite.

A la vue de l’ensemble de ces points de contrôle, nous comprenons que la prise de poste est une étape essentielle demandant de la rigueur si on l’on veut prévenir les risques.

Pourtant c’est une étape souvent négligée par le Cariste lorsqu’il prend son poste pour réaliser sa mission quotidienne. Il ne signale en général que les pannes l’empêchant de mener sa mission à bien.

Bien les former, assurer un suivi de cette formation par des rappels réguliers est essentiel pour éviter les accidents dans une entreprise.

L’accès facilité dans la mise aux normes est l’engagement de Come In VR  

Le code du travail oblige le Chef d’Etablissement à mettre tous les moyens en œuvre pour la sécurité et la santé des salariés.

Voir aussi :

Contrôle quotidien du chariot de manutention à la prise de poste

https://www.wikitp.fr/prise-de-poste

26 Partages
Partagez26
Partagez
Tweetez